Retour La parole de Dieu  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

Mc 6, 53-56

En cette fête de Notre Dame de Lourdes, l'évangile du jour n'est pas un texte dit « marial », un passage où nous est relaté un moment de la vie de la Vierge Marie. Est-ce à dire que Marie est mise en second plan ? Pas du tout. Ce passage de Saint Marc nous permet au contraire de mieux contempler Marie dans son désir et son action.

Quand elle dit à Lourdes : « Je suis l'Immaculée Conception », elle affirme que, par grâce, elle correspond à la perfection au désir de Dieu sur l'humanité. Elle a cette soif que tous puissent partager cette perfection et cette intimité avec le Seigneur. Elle conforme ses désirs à ceux de Dieu : Que tous soient sauvés et parviennent à la plénitude de la vérité (1Tim 2,4). Disciple du Seigneur, elle « traverse avec Lui le lac » et vient à la rencontre de tous ceux qui attendent le salut, qui cherchent la vérité, qui veulent être guéris. Dans l’Évangile, comme à Lourdes et dans tant lieux, elle mène les hommes au Christ pour qu'ils puissent Le reconnaître, les guérir et porter la Bonne Nouvelle à tout homme de bonne volonté.

Le Seigneur se rend partout présent : dans les villages, les villes ou les champs. Il offre la guérison à tous ceux qui viennent à Lui. Et Il veut nous associer à cette œuvre de salut. Certains peuvent le reconnaître : ils sont au bord du lac, dans l'attente. Peut-être qu'ils ne voient en Lui qu'un guérisseur, un homme charismatique, un simple prophète. Peu importe : le Seigneur les prend là où ils en sont et Il en fait les témoins de sa Bonne Nouvelle. Il les rend capable de parcourir toute la région pour que, même et surtout les plus faibles, puisse Le rencontrer, Le reconnaître et être sauvés. Et afin que s'accomplisse les merveilles de Dieu, toucher ne serait-ce que la frange de son manteau suffit.

Marie a reconnu Jésus ! Elle a vu en son Fils le Sauveur plein de bonté ; elle est devenue son disciple ; elle a été et reste le témoin, l'ambassadeur le plus parfait du Seigneur. C'est en nous montrant Son Fils, en nous amenant vers Lui, qu'elle soutient notre foi et ravive notre espérance. Alors, en ces temps d'épreuve et de doute où chacun semble perdu à la recherche de la vérité et du bonheur, soyons, nous aussi, comme Marie, « disciples-missionnaires ». Nous qui avons reconnu le Christ, sachons, comme Marie (mais avec nos faiblesses et nos limites tels les gens de Génésareth) chercher les pauvres, les petits, les faibles, pour les amener au Seigneur afin qu'Il puisse les guérir. Soyons ainsi des vrais témoins de « la joie de l'Évangile ».

Père Charles HONORÉ, Digne-les-Bains

  • 19
  • Ajouter un commentaire