Retour La parole de Dieu  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

Jn 8, 12-20

Nous ne sommes pas encore entrés dans la Semaine Sainte et pourtant l’Évangile du jour laisse déjà poindre à l’horizon la lumière du Christ ressuscité. Moi, je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie. C’est comme si le mystère que nous allons célébrer à Pâques venait déjà accomplir son œuvre en nous pour opérer la conversion des cœurs. Et, de fait, cet événement de la résurrection transcende le temps et l’espace. Aussi, c’est par la grâce de la résurrection que nous pouvons avancer résolument sur ce chemin de conversion qui doit nous conduire à la lumière pascale.

Cette lumière de vie qui nous attire à elle, qui nous fait avancer, le Christ l’oppose aux ténèbres du mensonge. Voilà une belle perspective qui s’ouvre à tous et peut-être en particulier pour les « retardataires du Carême ». Ceux qui se réveillent aujourd’hui en se disant : « Oh là là ! Pâques approche et je n’ai pas fait grand-chose pour changer mon cœur ! » Et bien, il n’est jamais trop tard pour bien faire…

Sans doute que travailler à chasser le mensonge de nos vies peut être une bonne résolution pour tous, autant pour les retardataires du Carême que pour ceux qui ont bien démarré dès le mercredi des Cendres ! Jésus insiste aujourd’hui sur la vérité du témoignage et sur la justesse du jugement. Derrière cela, c’est la cohérence de notre vie chrétienne qui est interrogée. Comment témoigner de l’Évangile si nos actes ne sont pas cohérents avec la parole que nous annonçons ? Comment poser un juste regard sur les autres si nous nous tenons éloignés du Seigneur ? Comment oser revendiquer le nom de chrétiens si nous ne vivons pas pleinement du Christ ?

Le temps du Carême est bien le temps favorable pour refonder l’unité de notre vie dans le Seigneur, pour laisser derrières nous nos hypocrisies pharisiennes et rayonner de la joie de l’Évangile, tout simplement, en cherchant à en vivre vraiment.

Pour aujourd’hui, je peux essayer d’être particulièrement attentif aux attitudes lumineuses qui me révèlent la présence du Seigneur.

Père Aymeric de Boüard (diocèse d’Angers)

  • 28
  • Ajouter un commentaire