Retour La parole de Dieu  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

Lc 24, 13-35

Hier, nous débutions la lecture de l’Évangile avec les pleurs de Marie-Madeleine, aujourd’hui avec la tristesse des disciples d’Emmaüs. Hier nous achevions l’Évangile avec la Joie missionnaire de l’apôtre des apôtres : J’ai vu le Seigneur ! ; aujourd’hui avec les cœurs brûlants de Cléophas et de l’autre disciple. Passage de la tristesse à la joie, des larmes à l’exultation, comme un prolongement de ce que nous avons vécu lors de la veillée pascale en passant des ténèbres à la Lumière à la suite du cierge pascal.

Aujourd’hui peut-être pourrions-nous retenir deux enseignements.

Le premier est que la connaissance intellectuelle des Écritures n’est pas suffisante pour reconnaître les Écritures. Depuis des siècles, le peuple juif scrutait les Écritures mais n’a pu reconnaître Jésus car il s’était forgé une image du messie à sa convenance. Nous avons besoin d’un guide qui nous ouvre au sens des Écritures et c’est ce que Jésus fait pour ses disciples plongés dans la tristesse : partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.

Ce guide pour lire les Écritures, c’est le Christ, c’est son Esprit qui est l’âme de l’Église. L’Église qui est le Corps du Christ est notre guide pour lire les Écritures, et pour comprendre qu’il fallait que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire. Demandons cette grâce de l’écoute de la Parole et le don de l’intelligence des Écritures par l’intercession de Notre-Dame, elle qui retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur.

Le second enseignement est que la source de la vie chrétienne est la Liturgie dont le cœur est la Messe. En effet, n’avons-nous pas remarqué la structure de cette rencontre du Christ ressuscité avec les disciples d’Emmaüs : écouter de la Parole puis rompre le pain. Les pères de l’Église y ont vu l’Eucharistie. C’est donc à partir de la Liturgie que nos yeux peuvent s’ouvrir. C’est en écoutant la Parole que nos cœurs deviennent brûlants. C’est en nous unissant au Christ par la sainte communion que nous puisons les forces pour raconter ce qui nous « arrive en chemin » au monde entier, que nous pouvons témoigner de la rencontre avec le Ressuscité qui est à l’origine du fait d’être chrétien, comme Benoît XVI l’écrit au tout début de sa première encyclique Deus Caritas est.

Que Dieu vous bénisse et vous comble de la joie de Pâques !

Abbé Paul de Lapasse, diacre (diocèse de Bayonne)

  • 28
  • Dominique Bronner, il y a 6 mois
    O cher monsieur l’abbé ..tout est dit ..
    sur ce mystère tellement respiré ou habité par le Christ ..
    que sont l’Eglise, la vie, nous autres les hommes ..avec dans le cœur du cœur Jesus qui illumine du plus pronfond de la messe et irradie de l’irradiation de son triduum pascal !
    merci à vous 🌅🌅🌅
  • Ajouter un commentaire