Retour La parole de Dieu  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

Jn 12, 44-50

Ce petit passage de l’Évangile de Jean, situé à la fin du ministère public de Jésus, n’est pas sans rappeler les recommandations de Moïse à son peuple telles que nous les rapportent le livre du Deutéronome : Prenez à cœur toutes ces paroles ; je les établis aujourd’hui comme un témoin … et ordonnez à vos fils de veiller à mettre en pratique toutes les paroles de cette Loi ! Car ce n’est pas une parole creuse, extérieure à vous : c’est votre vie. C’est par cette parole que vous prolongerez vos jours[Dt. 32/ 45-47].

Lu dans la lumière de Pâques il nous fixe, en quelque sorte, une « feuille de route » à mettre en œuvre tout au long de notre vie chrétienne, comme le Deutéronome pouvait l’être pour les Israélites entrant en Terre Promise.

Il nous rappelle d’abord que Jésus est l’envoyé « fidèle » du Père et qu’en le contemplant, Lui, dans son humanité, nous pouvons percevoir qui est Le Père, car tout ce qu’Il nous a transmis vient du Père [44 et 49]. En effet, Le Père, nul ne l’a jamais vu, mais le Fils, venant du sein du Père, ses contemporains comme ses disciples ont pu l’approcher, le toucher, l’écouter, marcher et manger avec Lui [Cf. 1 Jean 4/12 et 1/1].

Ses faits et gestes, Ses paroles, jusqu’à Son sacrifice final, étaient révélation du Père et de Son amour passionné pour notre humanité. Il nous a tracé le chemin qui, par delà la Croix, nous permet à notre tour d’accéder à la vie, la vraie : la vie éternelle [50].

Nous croyons sans l’avoir vu, mais son absence physique n’est pas un handicap [Cf. Jean 20/29]. Il nous reste Son Évangile, Ses Paroles à méditer, encore et encore, et surtout à « mettre en pratique ».

 En partant vers Le Père, Il ne nous a pas abandonné : Il nous a envoyé L’Esprit qui vous conduira à la vérité toute entière [Jean 16/13].

Il nous gratifie de Sa Présence Réelle dans l’Eucharistie, célébrée et partagée à chaque messe, contemplée dans l’adoration.

Il ne juge personne : Ses Paroles seront notre juge [48]. Sommes-nous prêts à l’accueillir dans les pauvres, les prisonniers, les malades, les affamés et autres cabossés de la vie qui, parfois nous dérangent ? Pourtant le Salut promis ne va pas sans La Charité. Dire Seigneur, Seigneur, ne suffit pas : bâtissons sur le roc de Sa Parole [Cf. Luc 6/46-49] !

Un franciscain du Bronx

  • 24
  • Ajouter un commentaire