Retour La parole de Dieu  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

Jn 14, 15-16.23b-26

Nous voici au grand jour de la Pentecôte où l’Église reçut l’Esprit saint pour le communiquer à ses enfants.

Recevoir l’Esprit, qu’est-ce que cela signifie ? Recevoir une force, une énergie qui ferait du baptisé un super héros du christianisme, doté de pouvoirs extraordinaires lui permettant comme aux origines apostoliques d’exorciser, de guérir, de faire des miracles, de convertir les foules ? Est-ce pouvoir matérialiser un rêve personnel ou collectif de reconquête catholique par des gesticulations, des cris plus forts que ceux du monde ou du diable ?

Certes, le Seigneur est libre de ses dons et il octroie son esprit à qui bon lui semblent comme le relate le livre des Nombres (11,24-30), mais la liturgie de ce dimanche de Pentecôte nous parle d’une autre manière venant du Christ, plus habituelle dans la tradition de l’Église, de recevoir et de vivre l’Esprit saint. Après le récit fondateur de la Pentecôte, récit relevant de la mémoire ecclésiale plus que de la réitération annuelle, les textes du jour nous parlent de combat intérieur, de fidélité et de communion Trinitaire plus que d’expériences extraordinaires ou miraculeuses.

Loin du bruit et des cris du monde devant lesquels Jésus se taisait où partait à l’écart pour prier son Père, l’évangile nous invite à aimer le Christ en gardant ses commandements et sa parole. Alors l’Esprit nous permettra de vivre ce que les apôtres n’ont pu obtenir sur le mont Tabor de la transfiguration, demeurer avec le Père et le Fils comme en un tabernacle de la Trinité sainte. Et dans cette communion si intime et profonde qu’elle échappe à l’expérience des sens, nous serons alors enseignés et nous nous souviendrons du mystère de Dieu et des merveilles qu’il a accompli pour nous. Dès lors dans la Foi, l’Espérance et la Charité, rien ne pourra nous égarer (don de conseil), nous affadir (don de sagesse), nous tromper (don de science), nous abêtir (don d’intelligence), nous affaiblir (don de force), nous rendre prétentieux (don de piété) ou d’une orgueilleuse audace (don de crainte).

Dans ces temps de Pentecôte, osons prendre le temps de cette intimité spirituelle avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit pour nous découvrir héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si du moins nous menons ce combat dont parle Saint Paul dans la deuxième lecture.

Bruno Attuyt (Communauté saint Martin)

  • 17
  • Ajouter un commentaire