Retour La parole de Dieu  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

Mt 10, 24-33

L’évangile d’aujourd’hui nous introduit dans une conversation du Christ avec ses Apôtres. Les sujets de son enseignement sont variés, mais il y a un fil conducteur. Par trois fois, les disciples entendent, et nous avec eux : Ne craignez pas. Il ne faut avoir peur ni de Dieu ni des hommes.

Tout d’abord, il n’y a pas lieu de redouter Celui qui est devenu l’un des nôtres, pour nous sauver du péché et du mal, et qui, à travers l’Église, nous ouvre la voie vers l’éternité.

Oui, dans le concret de l’existence, nous pouvons compter sur la Providence, qui s’occupe de tout : ce qui est grand et ce qui est aussi petit qu’un moineau ; ce qui a peu de valeur et ce qui en a davantage. Rien n’échappe au regard du Père éternel. Aucun de ses enfants ne lui est indifférent.

D’autre part, il faut naturellement que notre conduite reflète notre condition, notre dignité de fils de Dieu. Que nous nous déclarions pour Lui devant les hommes. Sans fausse honte. Ne nous laissons pas piéger par la hantise du qu’en dira-t-on.

D’ailleurs il n’est pas certain qu’« ils » diront ou même qu’« ils » penseront quelque chose. Montrons-nous tels que nous sommes, avec naturel. Ce qu’il y a à faire, accomplissons-le sans peser excessivement le pour et le contre. Ce qu’il y a à dire, exprimons-le. Que votre parole soit « oui », si c’est « oui » ; « non », si c’est « non ». Ce qui est en plus vient du Mauvais (Mt 5,37). Il s’agit de se comporter en accord avec ce que l’on est et ce que l’on pense, sans trop de précautions, sans complications inutiles.

En tout cas, ne laissons pas aux circonstances extérieures le soin de nous dicter la conduite à tenir. Ce serait manquer de personnalité.

Aurions-nous quelque chose à cacher ? Devons-nous demander pardon d’être chrétien ? Agissons avec naturel en disciples du Christ, en famille, sur le lieu de travail, partout.

On passe le week-end chez des amis. La Messe du dimanche ne figure pas au programme. Vais-je me taire ? Pourquoi trembloter, pourquoi appréhender d’aller à contre-courant ?

Rejette la tentation du camouflage. Aurais-tu quelque chose à cacher ? Sois ce que tu es. Dis ce que tu souhaites dans le fond de ton cœur : « Dimanche, je compte me rendre à l’église. Et si nous y allions ensemble ? ».

Et cela avec tact, avec respect de l’opinion de tes amis. Ils ont le droit de savoir ce que tu penses, ce que tu veux.

Alors s’appliquera la finale de l’évangile d’aujourd’hui : Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux.

Abbé Jean Gottigny (Louvain-la-Neuve)

  • 24
  • pn fo, il y a 4 mois
    Bonjour. Merci pour cette méditation. C'est vrai que, si c'était pour nous juger, Dieu n'aurait pas eu besoin de s'abaisser à être un homme comme nous. C'est forcément parce qu'Il nous aime et qu'il veut nous montrer le chemin. Bien à vous.
  • Bracadroite, il y a 4 mois
    Merci pour cette belle méditation
  • Ajouter un commentaire