Retour La parole de Dieu  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

Mt 11, 25-27

Jésus a connu de grands moments de bonheur. Il a vécu les huit composantes du bonheur que nous appelons les « béatitudes » : créer de la paix, garder un regard transparent, éprouver de la compassion, désirer que tout soit aussi juste que Dieu le désire, etc. Il a proposé huit chemins vers le bonheur. (Mt 5,1-10)

Matthieu relate aussi qu’un jour Jésus a explosé de joie en constatant que sa parole touchait les personnes très ordinaires alors qu’elle laissait insensibles des gens importants, considérés comme intelligents et sages. Oui, ce jour-là, Jésus a été soulevé par un grand bonheur qu’il a partagé avec ses proches : non pas avec un déluge de paroles – car les grandes joies sont muettes – mais simplement, en parlant tout haut à Dieu son Père.

En le félicitant pour son excellente idée de privilégier ceux auxquels on n’accorde généralement ni prestige, ni privilège. À la limite, les gens simples, ceux qu’on ne remarque pas, ceux qu’on ne remercie pas, ceux dont l’opinion ne compte pas.

Jésus se réjouit de cette grande révolution, de ce renversement des valeurs courantes. Les petits sont élevés, les grands sont renvoyés les mains vides. Marie, la mère de Jésus, avait tressailli d’allégresse pour la même raison. Jésus reprend les idées de sa Mère très sainte, autrement dit les idées de Dieu.

Voilà un bon sujet de réflexion. Pour connaître Dieu comme Père, il faut et il suffit d’écouter ce que Jésus en dit. Nul besoin de faire de longues études, d’être bardé de diplômes théologiques.

Le bon plaisir du Père c’est tout simplement que nous ouvrions nos oreilles pour entendre les paroles du Christ, que nous ouvrions notre cœur avec le désir de l’aimer. Alors s’établit la communication entre Dieu et l’homme, entre le ciel et la terre. L’être humain se sent compris par Dieu : il accueille pleinement son Esprit Saint. Il comprend le sens de l’Évangile : il reçoit le bonheur de croire, le courage d’espérer et la force d’aimer.

Et il commence à tressaillir de bonheur intérieur, à la suite du Christ et de Marie sa mère : il entonne son Magnificat. Et il ne cessera de le chanter.

Jésus nous indique cette route du bonheur.

Allons-nous le suivre aujourd’hui ?    

Mgr Jean Charles Thomas (Ancien évêque de Corse et de Versailles)

  • 20
  • pn fo, il y a 4 mois
    Bonjour. Merci pour cette très belle méditation. Le fils, qui est le verbe, a parlé à tout le monde. C'est l'Esprit Saint qui nous le fait comprendre en fonction de notre écoute et notre besoin. Bien à vous.
  • Guy Fauchille, il y a 4 mois
    Révélation / connaissance du Père par le Fils et du Fils par le Père, de ce qui est caché et révèlé aux humbles: l’Esprit Saint d’amour trinitaire
  • Ajouter un commentaire