Retour La parole de Dieu  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

Mt 12, 1-8

Les controverses entre Jésus et les pharisiens à propos du Sabbat sont nombreuses. Celle d’aujourd’hui a ceci de particulier qu’elle préfigure déjà l’Eucharistie.

Tu travailleras six jours, mais le septième jour, tu chômeras ; même en période de labours ou de moissons, tu chômeras (Ex 34,21). Ce commandement est ici le point d’appui des pharisiens. Ils ne reprochent pas en effet aux disciples d’avoir volé le grain, ni même de l’avoir mangé, mais bien d’avoir moissonné le champ. Serait-ce de l’exagération ? La pointilleuse casuistique pharisienne est la suivante : arracher un épi de blé un jour de Sabbat revient à moissonner un jour où cela est interdit, c’est-à-dire enfreindre la loi de Dieu et encourir un châtiment pour réparer la faute commise.

Mais nous le savons, Jésus est non seulement un commentateur de la Loi, mais il est lui-même, en tant que l’Un de la Trinité, le Législateur ! Plus encore, Verbe fait chair, il répond à ses détracteurs par des exemples et citations de l’Écriture.

Il rappelle dans un premier temps l’épisode de David et de ses hommes (1 Sm 21,2-10) qui reçoivent pour nourriture, de la part du prêtre Ahimélek – à condition qu’ils ne soient pas dans une disposition de souillure intérieure – des pains consacrés.

Jésus rappelle ensuite que les prêtres eux-mêmes ne chôment pas dans le Temple le jour du Sabbat. En effet, ils doivent prendre de la farine et faire cuire douze gâteaux qu’ils déposeront devant le Seigneur, sur la table pure avec de l’encens pur, afin que cela serve de mémorial (Lv 24,5-9).

Enfin, la citation qui suit est extraite du prophète Osée : Je veux la miséricorde, non le sacrifice, et je préfère la connaissance de Dieu aux holocaustes (Os 6,6).

Voilà bien ce que nous célébrons chaque dimanche, jour de repos consacré au Seigneur. L’Eucharistie est le mémorial de l’unique sacrifice du Christ, en raison de l’amour miséricordieux de Dieu pour notre humanité. Chaque dimanche, nous grandissons, grâce à la liturgie de la Parole, dans la connaissance de Dieu. Chaque dimanche, le prêtre revêt le Christ pour consacrer sur l’autel – la table pure – qu’il a encensé, le pain et le vin. Chaque dimanche, ceux qui ont les dispositions requises pour communier, s’avancent afin de se nourrir du pain de Vie, Jésus-Christ, véritablement présent dans la sainte Hostie.

Dès aujourd’hui, je peux me préparer au rendez-vous – ô combien essentiel – de l’Eucharistie dominicale, en en méditant les lectures, et en allant me confesser.

Abbé Nicolas Esnault (Diocèse de Rennes)

  • 17
  • Ajouter un commentaire