Retour La parole de Dieu  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

Lc 21, 20-28

Quand vous verrez Jérusalem encerclée par des armées, alors sachez que sa dévastation approche. Alors, ceux qui seront en Judée, qu’ils s’enfuient dans les montagnes ; ceux qui seront à l’intérieur de la ville, qu’ils s’en éloignent ; ceux qui seront à la campagne, qu’ils ne rentrent pas en ville, car ce seront des jours où justice sera faite pour que soit accomplie toute l’Écriture. 

Comme l’expliqua le Père de l’Église Saint Eusèbe de Césarée, lorsque les chrétiens vivant à Jérusalem en l’an 70 virent les troupes encercler la Ville Sainte, il se souvinrent de ces phrases du Seigneur et prirent effectivement la fuite en Transjordanie.

« Cependant, cette prophétie est également comprise par la Tradition catholique comme concernant l’Église, considérée comme figurée par Jérusalem. Ainsi le catéchisme de l’Église Catholique explique qu’« avant l’avènement du Christ, l’Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants. » 

Si la fuite fut ordonnée, elle l’est pour nous par rapport au Tentateur, au péché et à ce qui conduit au péché !

Et s’il est une attitude positive à avoir, elle est celle évoquée à la fin de ce passage de l’Évangile, à savoir, se redresser et relever la tête !

Ce que commenta Saint Grégoire le Grand par ces termes : « regardez en haut, et levez la tête, c'est-à-dire livrez-vous à la joie de vos cœurs, parce qu'en même temps que finit ce monde que vous n'aimez pas, la rédemption que vous avez cherchée approche. Dans le langage de l'Écriture la tête est souvent prise pour le cœur, parce que le cœur dirige les pensées comme la tête gouverne les membres du corps ; lever la tête, c'est donc élever nos âmes vers les joies de la patrie céleste ».

Qui oserait encore dire qu’un disciple du Christ peut être pessimiste ?

Voilà pourquoi, nous attendons avec Espérance et optimisme sa venue dans la Gloire (qui ne l’oublions pas est aussi celle par la grâce et en particulier l’Eucharistie !), comme nous le confessons dans le Credo avec une foi que nous demandons au Seigneur de protéger afin qu’elle ne soit pas ébranlée au point de nous faire perdre la joie !

« L’optimisme chrétien n’est pas un optimisme douceâtre – disait Saint Josémaria –. Ce n’est pas davantage une humaine confiance que tout nous réussira. C’est un optimisme qui plonge ses racines dans la conscience de la liberté et dans la foi en la grâce ; c’est un optimisme qui nous impose d’exiger beaucoup de nous, de nous efforcer à répondre à l’appel de Dieu. C’est de cette façon, non pas malgré notre misère, mais en quelque sorte à travers elle, à travers notre vie d’hommes faits de chair et de boue, que se manifeste le Christ. C’est dans nos efforts pour devenir meilleurs, pour vivre un amour qui aspire à être pur, pour dominer l’égoïsme, pour nous donner pleinement aux autres et faire de notre existence un service constant ».

Voilà un beau programme pour l’Avent qui débutera dans 2 jours aux Premières Vêpres !

Un prêtre du diocèse de Versailles

  • 28
  • Ajouter un commentaire