Retour Lecture  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

  La venue de l'Esprit Saint sur les disciples

(Ac 2, 1-11)

Lecture du livre des Actes des Apôtres


Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours, ils se trouvaient réunis tous ensemble. 

Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. 

Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. 

Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. 

Or, il y avait, résidant à Jérusalem, des Juifs religieux, venant de toutes les nations sous le ciel. 

Lorsque ceux-ci entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent en foule. 

Ils étaient en pleine confusion parce que chacun d’eux entendait dans son propre dialecte ceux qui parlaient. 

Dans la stupéfaction et l’émerveillement, ils disaient : 

« Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? 

Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ? 

Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et de celle d’Asie, 

de la Phrygie et de la Pamphylie, de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène, Romains de passage, 

Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, 

tous nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu. » 


✻  ✻  ✻

  « L'Esprit fait de nous des fils »

(Rm 8, 8-17)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains


Frères, 

Ceux qui sont sous l’emprise de la chair ne peuvent pas plaire à Dieu. 

Or, vous, vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair, 

mais sous celle de l’Esprit, puisque l’Esprit de Dieu habite en vous. 

Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas. 

Mais si le Christ est en vous, 

le corps, il est vrai, reste marqué par la mort à cause du péché, 

mais l’Esprit vous fait vivre, puisque vous êtes devenus des justes. 

Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, 

celui qui a ressuscité Jésus, le Christ, d’entre les morts 

donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. 

Ainsi donc, frères, nous avons une dette, 

mais elle n’est pas envers la chair pour devoir vivre selon la chair. 

Car si vous vivez selon la chair, vous allez mourir ; 

mais si, par l’Esprit, vous tuez les agissements de l’homme pécheur, vous vivrez. 

En effet, tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. 

Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; 

mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; 

et c’est en lui que nous crions « Abba ! », c’est-à-dire : Père ! 

C’est donc l’Esprit Saint lui-même 

qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. 

Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers : 

héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, 

si du moins nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire. 



SÉQUENCE POUR LE DIMANCHE DE LA PENTECÔTE


Veni, Sancte Spíritus, 

et emítte cǽlitus 

lucis tuæ rádium.


Veni, pater páuperum, 

veni, dator múnerum, 

veni, lumen córdium.


Consolátor óptime, 

dulcis hospes ánimæ, 

dulce refrigérium.


In labóre réquies, 

in æstu tempéries, 

in fletu solácium.


O lux beatíssima, 

reple cordis íntima

tuórum fidélium.


Sine tuo númine, 

nihil est in hómine 

nihil est innóxium.


Lava quod est sórdidum, 

riga quod est áridum, 

sana quod est sáucium.


Flecte quod est rígidum, 

fove quod est frígidum, 

rege quod est dévium.


Da tuis fidélibus, 

in te confidéntibus, 

sacrum septenárium.


Da virtútis méritum, 

da salútis éxitum, 

da perénne gáudium. 

Amen. 



Viens, Esprit Saint,

en nos cœurs, et envoie du haut du ciel 

un rayon de ta lumière.


Viens en nous, Père des pauvres, 

viens, dispensateur des dons, 

viens, lumière de nos cœurs.


Consolateur souverain, 

hôte très doux de nos âmes, 

adoucissante fraîcheur.


Dans le labeur, le repos; 

dans la fièvre, la fraîcheur; 

dans les pleurs, le réconfort.


Ô lumière bienheureuse, 

viens remplir jusqu'à l'intime 

le cœur de tous tes fidèles.


Sans ta puissance divine, 

il n'est rien en aucun homme, 

rien qui ne soit perverti.


Lave ce qui est souillé, 

baigne ce qui est aride, 

guéris ce qui est blessé.


Assouplis ce qui est raide, 

réchauffe ce qui est froid, 

redresse ce qui est dévié.


À tous ceux qui ont la foi 

et qui en toi se confient, 

donne tes sept dons sacrés.


Donne vertu et mérite, 

donne le salut final, 

donne la joie éternelle. 

Amen.