Retour Lecture  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

  Conseils pour les relations avec le prochain

(Pr 2,01-09)

Lecture du livre des Proverbes


Mon fils, 

accueille mes paroles, conserve précieusement mes préceptes, 

l’oreille attentive à la sagesse, le cœur incliné vers la raison. 

Oui, si tu fais appel à l’intelligence, si tu invoques la raison, 

si tu la recherches comme l’argent, si tu creuses comme un chercheur de trésor, 

alors tu comprendras la crainte du Seigneur, tu découvriras la connaissance de Dieu. 

Car c’est le Seigneur qui donne la sagesse ; connaissance et raison sortent de sa bouche. 

Il réserve aux hommes droits la réussite : pour qui marche dans l’intégrité, il est un bouclier, 

gardien des sentiers du droit, veillant sur le chemin de ses fidèles. 

Alors tu comprendras la justice, le jugement, la droiture, 

seuls sentiers qui mènent au bonheur. 


✻  ✻  ✻

De bout, la Mère douloureuse

près de la croix était en larmes

devant son Fils suspendu.

Dans son âme qui gémissait,

toute brisée, endolorie,

le glaive était enfoncé.

Qu'elle était triste et affligée,

la Mère entre toutes bénie,

la Mère du Fils unique !

Qu'elle avait mal, qu'elle souffrait

la tendre Mère, en contemplant

son divin Fils tourmenté !

Quel est celui qui sans pleurer

pourrait voir la Mère du Christ

dans un supplice pareil ?

Qui pourrait sans souffrir comme elle

contempler la Mère du Christ

douloureuse avec son Fils ?

Pour les péchés de tout son peuple

elle le vit dans ses tourments

subissant les coups de fouet.

Elle vit son enfant très cher

mourir dans la désolation

alors qu'il rendait l'esprit.

Daigne, ô Mère, source d'amour,

me faire éprouver tes souffrances

pour que je pleure avec toi.

Fais qu'en mon cœur brûle un grand feu

Pour mieux aimer le christ mon Dieu

Et que je puisse lui plaire.

Ô Sainte Mère, daigne donc

graver les plaies du crucifié

profondément dans mon cœur.

Ton enfant n'était que blessures,

lui qui daigna souffrir pour moi;

donne-moi part à ses peines.

Qu'en bon fils, je pleure avec toi,

qu'avec le Christ en croix je souffre,

chacun des jours de ma vie !

Être avec toi près de la croix

et ne faire qu'un avec toi,

c'est le vœu de ma douleur.

Vierge bénie entre les vierges,

pour moi ne sois pas trop sévère

et fais que je souffre avec toi.

Que je porte la mort du Christ,

qu'à sa passion je sois uni,

que je médite ses plaies !

Que de ses plaies je sois bléssé,

que je m'enivre de la croix

et du sang de ton Enfant

Pour ne pas brûler dans les flammes,

prends ma défense Vierge Marie,

au grand jour du jugement.

Christ, quand je partirai d'ici,

fais que j'obtienne par ta Mère

la palme de la victoire.

Au moment où mon corps mourra,

fais qu'à mon âme soit donnée

la gloire du Paradis.