Retour Le Saint du jour  

Saint Stanislas

Sans enfants après 30 ans de mariage, les parents de Stanislas voient leur prière enfin exaucée avec la naissance du petit garçon. Son enfance est marquée par le souvenir de la fervente prière en famille. Il aime ces moments passés avec Jésus en compagnie de ses parents. Après leur mort, il aimera les retrouver à nouveau dans la prière, par la communion des saints.

Il fait des études en Pologne, puis à Paris, où il reste 7 années. Quand il rentre en Pologne, ses parents sont morts, lui laissant une immense fortune. Il la distribue aux pauvres, puis consacre sa vie à Dieu. Ordonné prêtre par l'évêque de Cracovie, il est ensuite nommé chanoine et chargé d'enseigner la parole de Dieu. Son enseignement est surtout basé sur l'exemple de la vie des saints. Il a un grand succès, et les gens viennent de toute la Pologne pour l'entendre, lui demander un avis, une prière ou une consolation.

À la mort de l'évêque de Cracovie, il est choisi comme successeur, mais refuse. C'est le pape Alexandre II qui lui ordonne d'accepter. Stanislas devient donc évêque à 42 ans. Sa maison est toujours ouverte pour recevoir ceux qui en ont besoin. Il demande une liste des pauvres du diocèse, et va les visiter. Il visite chaque année l'ensemble du diocèse, corrigeant les désordres et encourageant ceux qui font le bien.

Mais la Pologne a à cette époque un roi débauché, tyrannique et violent, Boleslas, dont le surnom est : "le cruel". Il ne se cache même pas pour enlever et violenter des jeunes filles du royaume. Personne n'ose rien lui dire, car tout le monde a peur. Seul Stanislas va le voir et lui explique combien tous ses crimes sont énormes et quelles conséquences terribles ils auront : il finira en enfer. Boleslas s'engage à ne plus faire cela, mais quelques jours plus tard, il fait enlever de force la femme d'un seigneur de Pologne. Toute la noblesse de Pologne s'indigne et demande aux évêques de réagir, mais ils ont peur. Stanislas, après de ferventes prières, va pour la deuxième fois affronter le roi et le menacer d'excommunication s'il ne se corrige pas. Devant cette menace, le roi entre dans une immense colère, et jure de se venger.

Se souvenant que Stanislas avait acheté un terrain pour l'Église de Cracovie à un seigneur nommé Pierre, décédé depuis, sans acte de vente mais avec seulement la présence de 2 témoins, Boleslas décide d'accuser Stanislas de vol. Il fait pression sur les neveux de Pierre pour qu'ils réclament le terrain de leur oncle, et sur les témoins pour qu'ils nient la version de Stanislas. Devant le tribunal, Stanislas est donc accusé de vol, mais, alors qu'il va être condamné, l'Esprit Saint lui inspire de demander un délais de 3 jours, au terme desquels il reviendra après Pierre, mort depuis 3 ans. Stanislas veille, jeûne, prie durant 3 jours et se rend au cimetière, fait ouvrir le tombeau, et touchant le corps de Pierre avec sa crosse, lui ordonne de se lever, au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Pierre obéit, suit Stanislas, arrive devant le tribunal, confirme la version de Stanislas, dit que les témoins ont menti, reproche à ses neveux leur comportement, et leur demande de faire pénitence. Enfin, avant de retourner dans son tombeau, Pierre supplie Stanislas de prier pour lui, afin que ses peines du purgatoire soient abrégées. Le tribunal est stupéfait de tout cela, et Boleslas, très marqué, décide de cesser son mauvais comportement.

Hélas, au terme d'une victoire contre les russes, à Kiev, il commet publiquement des abominations, et à son retour il traite ses sujets de la manière la plus indigne. Stanislas prie Dieu d'ouvrir les yeux de Boleslas, va le voir plusieurs fois pour le supplier de se convertir, mais le roi l'insulte, et finit par le menacer de mort s'il continue à lui faire des remarques. Alors Boleslas est publiquement excommunié, interdit d'entrer dans les églises et d'assister aux sacrements. Pour montrer qu'il s’en moque, Boleslas vient exprès dans les églises. L'évêque demande que toute prière s'arrête à chaque fois que cela arrive. Stanislas, pour ne pas provoquer ni être dérangé par la présence du roi, va célébrer hors de la ville, dans l'église Saint Michel. Mais Boleslas le suit, entre dans l'église l'épée à la main, et tue Stanislas.

Le Pape Grégoire VII jette l'interdit sur le royaume de Pologne, Boleslas est déchu de sa royauté, et s'exile en Hongrie. Touché par le repentir, il part en pèlerinage à Rome, où il est accepté comme frère serviteur chez les bénédictins, où il vivra dans la pénitence pour le reste de sa vie.