Retour Le Saint du jour  

Bienheureuse Ida.

Deux Ida sont célébrées en ce jour, l’une veuve, l’autre vierge. L’une meurt en 1113, l’autre en 1260 ; l’une vécut à Boulogne, l’autre à Louvain. Si Ida de Boulogne ne nous dit rien, son fils nous est connu. Il s’agit du valeureux Godefroi de Bouillon, qui fut roi de Jérusalem. À l’heure de l’assaut de la Ville sainte, sa mère en eut la révélation à 5 000 km de distance. Son deuxième fils, Baudouin, succédera à Godefroi comme roi de Jérusalem.

Ida élève ses enfants avec amour et partage son temps entre le soin des indigents et la confection de parures et d’ornements pour le culte. Fille spirituelle du grand saint Anselme, elle vend ses biens à son veuvage, les distribue pour les pauvres et pour des monastères. Elle a plus de 70 ans à sa mort, le 13 avril 1113. De son vivant déjà, de nombreux miracles accompagnent ses bontés pour les veuves et les enfants abandonnés. D’Arras, son corps vient à Paris en 1669. Il est transféré à Bayeux en 1808. Ida de Louvain, malgré les vexations de son père et les attaques du démon, devint cistercienne à Rameige, où elle transcrivit de nombreux livres. Elle reçut les stigmates et de grandes grâces dans des extases régulières et la visite des anges. Elle meurt le 13 avril 1260.

Conseil de saint Anselme :
« Si vous désirez que vos enfants soient ornés de bonnes mœurs, vous devez tempérer les corrections corporelles par une paternelle bonté, une assistance pleine de mansuétude. »

Avec l’aimable autorisation de Defendente Génolini.

 

Saint Martin 1er

Né en Toscane, ordonné diacre à Rome, il est nommé bientôt apocrisiaire, c'est-à-dire légat du pape, à Constantinople. En 649, il est élu pape alors qu'on est en pleine querelle monothéliste. Il s'agit d'une hérésie inventée par un empereur byzantin pour rallier les populations monophysites de son empire : on dira que le Christ possède bien les deux natures divine et humaine, mais qu'une seule volonté, la divine, le guide.

Le moine Maxime le Confesseur était allé jusqu'à Rome alerter le Pape sur cette nouvelle hérésie. Saint Maxime et saint Martin font condamner l'hérésie impériale par un concile au Latran. Mais l'empereur byzantin n'apprécie guère d'être ainsi désavoué : il fait accuser Martin d'élection illégale et d'hérésie. Le Pape est arrêté, emmené de force en 653 à Constantinople alors qu'il est malade.

Il fut maltraité durant la longue traversée : " J'y suis depuis quarante jours et l'on ne m'a pas donné de l'eau pour me laver. Je grelotte de froid, je suis épuisé par la dysenterie, je vomis la nourriture que je dois manger." Arrivé à Constantinople, il fut gardé au secret durant 93 jours et finalement condamné à mort. On le dépouilla publiquement de ses vêtements sacerdotaux en les déchirant. Puis, le vieillard reçut une lourde chaîne autour du cou et fut traîné ainsi dans toute la ville, alors qu'il pouvait à peine marcher. Devant un tel châtiment, le patriarche de Constantinople, bien que partisan de l'empereur, obtint que cette peine soit commuée en exil à Cherson en Crimée. Saint Martin y meurt en 656, brisé par une détention cruelle. Le moine byzantin, saint Maxime, le suivra quelques années plus tard dans la même confession de la foi. Saint Martin est le dernier pape martyr.

Copyright  La fête des prénom by Nominis.cef.fr