Retour Le Saint du jour  

Sainte Estelle

Illumination d’artiste ? Originalité d’un poète ? Toujours est-il qu’Estelle ne sort de sa discrète dévotion que par la volonté de Frédéric Mistral en 1854. Pourquoi ce défenseur de la Provence prend-il pour son école poétique provençale (le Félibrige) une sainte de Charente ? L’histoire raconte que c’est à cause de son nom, qui signifie “étoile”.

Fille d’un officier romain, Estelle est convertie par Eutrope, premier évêque de Saintes. Une fois baptisée, elle se met au service de ce saint prélat et devient sa collaboratrice. L’affaire ne plaît pas au père. Pour simplifier l’affaire, il fait assassiner l’évêque. D’un coup de hache, il lui fend le crâne. Estelle, triste et pieuse, vient ensevelir son corps. La chose déplaît à son père. Fou de rage, il envoie sa garde pour qu’Estelle subisse le même sort. Ainsi fut fait ! Sans hésitation aucune. C’était au 3ème siècle.

Pensée spirituelle de Frédéric Mistral :
« Perdre la foi de son enfance est un vrai malheur, car il n’y a rien sur terre qui puisse relever l’homme qui, pour horizon, n’a plus que le tombeau.  »

Courte prière tirée d’une œuvre de Frédéric Mistral :
« Seigneur, nous sommes tes enfants prodigues, mais nous sommes tes vieux chrétiens… »

Avec l’aimable autorisation de Defendente Génolini.