Retour Le Saint du jour  

Saints Achille et Nérée

Ayant appartenu à la garde prétorienne de Néron, Achille et son frère Nérée refusent de prendre part aux exécutions de chrétiens. Touchés par leur charité dans les persécutions, la tradition veut qu’ils aient été baptisés par saint Pierre. Ils se retirent du service et se mettent au service de Flavie Domitille, nièce de l’empereur Domitien, chrétienne elle aussi. Ils la suivent dans son exil, de Pontia à Terracine. Ils seront tous trois martyrisés et tués, la tête tranchée pour “crime de christianisme”.

En 390, le pape Sirice leur construit une basilique souterraine. Cette catacombe porte toujours le nom de Domitille et les inscriptions que le pape Damase y fit graver au 4ème siècle. Au 16ème siècle, la translation solennelle de leurs reliques se fit dans la basilique au pied des thermes de Caracalla, aujourd’hui une des “églises à mariage” les plus recherchées de Rome.

Pensée spirituelle :

« Être chrétien, c’est savoir si on est capable de mettre en pratique les enseignements du Christ, ceux qui sont universels.  » (Georgina Dufoix)

Courte prière :
« Lorsque nous te verrons dans ta clarté, Seigneur, nous comprendrons ta croix. » (Louis Aragon)

Avec l’aimable autorisation de Defendente Génolini.

 

Saint Épiphane de Salamine (Tiphaine)

Juif hellénisant, converti, originaire de Palestine. Il fut évêque de Salamine dans l'île de Chypre durant trente-six ans. Parmi ses nombreux écrits, plein d’érudition et de connaissance des Écritures, son "Panarion" reste indispensable aux historiens de l'Église. Il y pourfend quatre-vingt hérésies, dont certaines sont issues de son imagination. C'est un polémiste plein d'aigreur, jamais de bonne humeur et, avec cela, mauvais rédacteur.

Et tout cela ne l'empêcha pas d'être considéré comme un saint car il est aussi connu pour sa libéralité envers les pauvres et le don de faire des miracles. Il meurt en 402.

Copyright  La fête des prénom by Nominis.cef.fr

 

Saints Pancrace et Denis

Pancrace, un jeune chrétien de quatorze ans, martyr à Rome sous Dioclétien (304) au même âge et à la même époque que sainte Agnès, avait comme tuteur son oncle Denis. Sa mort avait beaucoup marqué la communauté chrétienne qui ne tarda pas à lui écrire des “Actes” étonnants. Denis est mort en prison. Le pape saint Symmaque éleva une célèbre basilique sur sa tombe et le pape saint Grégoire le Grand veilla assez souvent à y convoquer le peuple pour en retirer le témoignage du véritable amour chrétien.

Copyright  La fête des prénom by Nominis.cef.fr

 

Bienheureux Álvaro del Portillo

Álvaro del Portillo est né le 11 mars 1914 à Madrid, (Espagne), dans une famille profondément chrétienne. Il est le troisième fils d'une fratrie de 8 enfants. Après ses études secondaires, il entra à l'école des ingénieurs des Ponts-et-Chaussés. Ingénieur civil et docteur en philosophie et en droit canon, il s'incorpore en 1935 à l'Opus Dei, fondé le 2 octobre 1928 par Josémaria Escrivá. Il est ordonné prêtre le 25 juin 1944 et entreprit de nombreux voyages apostoliques dans différentes villes d'Espagne.

Premier collaborateur de saint Josémaria, il s’installe avec lui en 1946 à Rome, le secondant dans le gouvernement de l’Opus Dei et le suivant tous ses déplacements apostoliques à travers l'Europe.  Il travailla intensément à la Curie romaine et contribua à la préparation du Concile Vatican II auquel il participa activement.

Élu à la tête de l'Opus Dei à la mort de son fondateur, il fut ordonné évêque par le pape Jean-Paul II le 6 janvier 1991. Il a dirigé l'Opus Dei de 1975 jusqu’à sa mort. En tant que prélat de l'Opus Dei, il a contribué à donner à cette institution catholique son statut juridique actuel de Prélature personnelle et a œuvré en faveur de l'expansion de l'Opus Dei à travers les cinq continents. Il fut également un acteur important de la béatification du fondateur auprès duquel il a vécu pendant 40 ans.

Il est mort saintement le 23 mars 1994, la nuit même de son retour d'un pèlerinage en Terre sainte et le lendemain d’une Messe qu’il avait célébré au Cénacle à Jérusalem. Le jour même, le pape Jean-Paul II est venu prier sur sa dépouille mortelle. Son corps repose dans la crypte de l'église prélatice Sainte Marie de la Paix à Rome.

Il a été béatifié à Madrid, sa ville natale, le 27 septembre 2014