Retour Le Saint du jour  

Saint Ulrich

Un jeune homme sympathique et pieux arrive à la cour de l’empereur Henri le Noir. Il est le filleul de l’impératrice Agnès, mère d’Henri IV. Ulrich est né vers 1018 à Ratisbonne dans une famille noble. Il vit dans cette ville jusqu’à la fin de ses études.

Agnès le prend à son service particulier avant que celui-ci ne lui dévoile son désir de se consacrer à l’étude de la théologie. Il se rend donc près de Munich auprès de son oncle qui est évêque de Freising et qui l’ordonne diacre. Sa piété et son souci des pauvres touchent les fidèles. Ils sont tristes de son départ pour Rome où l’empereur se rend et lui demande de l’accompagner. De Rome, il fait un pèlerinage en Terre sainte, puis dirige ses pas vers Cluny pour rencontrer le grand Hugues, lui aussi subjugué par la piété et la bonté de ce jeune homme. Il l’ordonne prêtre, le fait confesseur de la communauté et l’envoie en Suisse, puis en Allemagne pour fonder de nouveaux monastères.

De fait, Ulrich établira quatre monastères destinés aux hommes et un pour les femmes. Hugues lui demande de reprendre et de réécrire le coutumier de Cluny. Une œuvre magistrale qui sera adoptée par tous les monastères issus de la réforme de Cluny. Ulrich perd en œil puis, devenu complètement aveugle, il renonce à toutes ses charges et s’applique totalement à l’oraison et à la psalmodie. Il meurt à 75 ans le 14 juillet 1093 dans son monastère de Zell situé en Forêt-Noire.

Il ne faut pas le confondre avec un autre Ulrich, évêque d’Augsbourg, qui mourut en 973 et qui est fêté le 4 juillet.

Pensée spirituelle :
« Je vous attaque par la parole, non par les armes, non par la force, mais par la raison, non par la haine mais par l’amour. » (Pierre le vénérable, abbé de Cluny)

Avec l’aimable autorisation de Defendente Génolini.