Retour Le Kiosque  

9 août 2017

Bref, pardon ?

<p class="center"><a href="//mediaauto.carpedeum.fr/600max/2015/07/30/55ba49aac0f65.jpg"><img src="//mediaauto.carpedeum.fr/250max/2015/07/30/55ba49aac0f65.jpg" alt="" title="" border="0"></a></p>

[ouvrir la vidéo dans YouTube]

Voici un petit rappel sur la confession, (so 2015), si indispensable, et dont nous ne profitons pas assez. 

Dans le sacrement de réconciliation, nous montrons nos misères passées, pleines de pus. Et le prêtre agit dans notre âme comme un bon médecin, comme un médecin honnête : il coupe là où c'est nécessaire, et il ne permet pas que la blessure se referme tant que tout n'est pas nettoyé. La sincérité est indispensable si l’on veut avancer dans l’union à Dieu. S’il se cache en nous un “crapaud”, rejetons-le ! Disons d’abord, ce que nous ne voudrions pas que l’on sache. Et comme on se sent bien après avoir lâché ce “crapaud” dans la confession !

Extirpons cette vaine estime que nous ressentons pour nous-même ! Alors, nous nous rendrons à la confession joyeux de nous montrer tel que nous sommes, devant "cet homme" qui a reçu l'onction (cet autre Christ, le Christ lui-même!) qui nous donne l'absolution, le pardon de Dieu.

C'est l'été, nous avons du temps, alors profitons-en !

— Max, Carpe Deum

  • 11
  • Ajouter un commentaire