Retour La parole de Dieu  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

Jn 13, 21-33.36-38

L'un de vous me livrera …

– Comment Jésus peut-il dire des choses pareilles ? se demande Jacques.

– Il a perdu la tête ! pense en lui-même Jude.

Et voici les apôtres qui se regardaient les uns les autres avec embarras, ne sachant pas de qui Jésus parlait.

Oui… Ils se croyaient bien les apôtres : fidèles, saints… – Aucun d'entre nous n’est capable de trahir Jésus, quand même ! Que va-t-il encore chercher comme idée saugrenue ? Et d'ailleurs, même si cela devait arriver, Pierre est là pour donner sa vie pour lui : on est tranquilles.

Ils font quand même un peu pitié les apôtres ce soir- là… Malgré trois ans à marcher à côté du maître, ils sont encore convaincus que rien ne peut arriver à Jésus car eux, fidèles serviteurs, sont là pour le défendre. Gare à celui qui osera toucher à Jésus avant qu'il ait rétabli le pouvoir temporel d'Israël ! Et puis, d'ailleurs, ils sont tellement fidèles, eux, qu’aucun ne serait capable de livrer Jésus. Quelle illusion… Pauvres apôtres…

Mais n'allons pas trop vite à les condamner. Changeons de contexte et regardons comment nous agissons nous-mêmes : sommes-nous vraiment si loin de cette attitude ?

Bien sûr, avec Judas, nous n'avons rien en commun, n'est-ce pas ? Non, quand même… Nous, nous ne volons pas dans la bourse commune. Bon, cela nous arrive peut-être d'être bien contents lorsque la caissière se trompe en passant nos produits et oublie de nous saisir le tournedos. Mais ce n'est pas la même chose… Nous, nous ne trahissons pas nos amis. Bon, cela nous arrive de ne pas décrocher le téléphone quand nous savons qu'il a besoin d'être consolé : « Le match va commencer ! Qu’il appelle plus tard ! » Mais ce n'est pas la même chose... Nous, nous ne tuons pas. Bon parfois cela ne nous dérange pas de critiquer ou calomnier telle personne, foulant aux pieds sa réputation. Mais ce n'est toujours pas la même chose…

Et avec les autres apôtres : avons-nous quelque ressemblance avec eux ? Hélas, oui aussi… Une dispute avec notre conjoint, notre patron, notre salarié, notre père ou notre fille ? Ce n'est jamais de notre faute, c'est bien l'autre qui a commencé. S'il n'avait pas dit ceci, s'il ne m'avait pas regardé comme cela ou s'il n'avait pas oublié telle affaire, il n'y aurait eu aucun souci. Car moi je ne suis jamais responsable…

Et oui. Les apôtres nous représentent bien autour de cette table tous autant que nous sommes : lâches, traîtres, orgueilleux ou jouant les héros parfois. Et pourtant, voilà les hommes que Jésus choisit pour être les piliers de l'Église qui naît ce soir-là dans le sacrement de l'Eucharistie.

N’est-ce pas un soulagement pour nous de savoir que Jésus ne choisit pas des parfaits ? Il n'attend pas que nous soyons sans péché pour nous aimer. Il nous aime et nous choisit tels que nous sommes, avec notre péché, notre faiblesse, notre incapacité à pardonner, à reconnaître que nous avons fait le mal.

Alors, pendant cette Semaine Sainte, osons abattre nos masques et avoir recours à son Pardon dans le Sacrement de Pénitence et remercions-le de nous aimer ainsi.

Sœurs de l’Union-Chrétienne de Saint Chaumond

  • 21
  • Marc olivier Lenique, il y a 4 mois
    Merci beaucoup pour cette méditation tellement pragmatique et vraie !
  • Ajouter un commentaire