Retour La parole de Dieu  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

Mt 4, 18-22

Saint André a été appelé le « premier appelé ». Nous savons qu’il fut disciple de Jean-Baptiste et que, le premier, il décida de suivre le Seigneur, à qui il présenta son frère Simon (cf. Jn 1,40). Or peut-être avons-nous remarqué que dans la scène de l’appel rapportée par saint Matthieu, cette scène si simple et si belle, Simon est mentionné en premier. On nous précise même déjà qu’il était appelé Pierre. De fait, quand saint Jean raconte la première rencontre des deux frères avec Jésus, André, tout « premier appelé » qu’il fût, passe aussitôt au second plan. André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas » (Jn 1,42). C’est Pierre qui, pour ainsi dire, prend aussitôt toute la lumière.

Ce n’est pas tout. André est encore mentionné par saint Jean un peu plus loin. À ce moment, il est le frère de Simon-Pierre et c’est lui qui signale à Jésus qu’un jeune garçon a cinq pains d’orge et deux poissons (Jn 6,8). Et lui encore qui, requis par Philippe, prévient Jésus que des Grecs veulent le voir (cf. Jn 12,22). André avait manifestement un don pour les relations publiques…

Mais ces épisodes, qui constituent à peu près tout ce que nous savons avec certitude de saint André, portent une leçon plus profonde. Ils nous font entrevoir un homme qui a une grande proximité avec Jésus, une grande confiance, et qui passe son temps à lui présenter d’autres personnes, et à s’effacer. Le premier appelé est un fidèle second. Il joue les intermédiaires. Il est un instrument, et ne prétend pas être autre chose.

Une prophétie messianique avait dit : Voici que j’envoie en grand nombre – oracle du Seigneur – des pêcheurs qui les pêcheront (Jr 16, 16). Le premier de ces pêcheurs est notre saint André, et chacun de nous est un du grand nombre des autres. Certains sont brillants, doués, habiles en paroles ou porteurs de projets qui feront parler d’eux… Mais peut-être trouverons un modèle davantage à notre portée en regardant André : fidèle, discret, acceptant de se tenir à l’ombre d’un frère devenu pierre de fondation, il est pour toujours le premier des seconds.

Si nous cultivons notre intimité avec Jésus, nous saurons, nous aussi, lui présenter de meilleurs et plus grands que nous ; nous saurons ne pas prendre pour excuse de n’avoir ni renom, ni grands talents à mettre au service du Royaume. Dieu aime les seconds. Mieux : il aime les derniers, et tous ceux qui n’ont jamais été premiers en rien.

Un laïc

  • 24
  • Dominique Bronner, il y a 36 mois
    Grand merci pour ces mots pleins de vérité et d’humilité ...pour les petits serviteurs que nous sommes, des autres et de Jésus...et aussi enfants de Dieu, tant aimés en Marie 🌅
  • Carole Jones, il y a 36 mois
    Merci pour ce message et je partage votre commentaire Dominique
    Que notre seigneur vous bénisse.
  • Ajouter un commentaire