Retour La parole de Dieu  
Oraison Lectures Psaume Evangile Méditation

Lc 21, 20-28

La fin du monde, l’Apocalypse, a bien mauvaise réputation.

Le cinéma populaire étant très instructif, je me souviens d’avoir vu un film intitulé “La fin des temps”. On y présentait un Satan sous forme humaine, venu fomenter cette fameuse fin du monde, avec tous les ravages et destructions à la clef. Seuls des prêtres catholiques, vivant dans des souterrains éclairés de cierges et décorés (si l’on peut dire) de statues de la Vierge Marie d’un goût hasardeux, semblaient être au courant de l’entreprise. Ils tentaient, bien maladroitement, de s’y opposer en allumant des cierges et en égrenant des chapelets.

Avant que n’arrive le formidable Arnold Schwarzenegger, le héros bien connu, qui, avec ses muscles et ses armes plus puissantes que les prières sacerdotales, parvenait à renvoyer Satan en enfer, les prêtres dans leurs églises et les êtres humains à ce monde formidable en tout point, comme chacun sait, et où il n’y a par conséquent rien à changer. Exit, la fin du monde : tout le monde pouvait revenir tranquillement à ses occupations. Ouf !

Derrière ce film peu sérieux, se cache pourtant une conception répandue mais malheureusement très éloignée de l’Évangile : la fin du monde serait un danger à éviter absolument et à repousser le plus loin possible.

Et pourtant ! Les descriptions que nous fait aujourd’hui le Christ nous montre bien le monde, non pas à sa fin, précisément, mais tel qu’il est aujourd’hui, le plus souvent. Qui pourrait penser, à bien y regarder, que ce monde présent est si formidable que nous ne pourrions rêver mieux ? Il suffit d’allumer un téléviseur ou d’ouvrir un journal pour voir à quel point l’être humain a besoin d’être sauvé, et d’abord de lui-même.

Là se situe le sens de l’Apocalypse, de la venue du Christ  : détruire ce que le monde peut avoir de haineux, de violent, de terrible pour ouvrir les hommes au salut que seul Dieu peut leur apporter.

Dieu veut détruire le mal et d’abord dans notre cœur. C’est là notre espérance qui nous pousse à combattre pour éloigner de nous toute connivence avec la mort. Quand nous voulons la vie, quand nous voulons le salut, quand nous voulons l’éternité, nous désirons cette libération : appelons-la de nos prières, de nos vœux et de nos actions.

Abbé Xavier

 

CARPE DEUM SE RÉNOVE !

Plus d'infos ici : http://www.carpedeum.fr/

  • 12
  • Ajouter un commentaire