Retour Le Saint du jour  

Saint Materne

Selon une pieuse et imaginative tradition, il aurait été le fils ressuscité de la veuve de Naïm, envoyé par saint Pierre pour évangéliser les contrées du Nord. Il tomba gravement malade et mourut. Saint Pierre le ressuscita une seconde fois. La légende dit encore bien d'autres choses merveilleuses.

Les documents historiques disent laconiquement : « Materne, le savant évêque de Cologne, prit une part active au concile de Rome en 313 et à celui d'Arles l'année suivante ». Il avait la confiance de l'empereur Constantin. Il est mort à Trèves, au plus tard en 344.

Copyright  La fête des prénom by Nominis.cef.fr

 

La Croix glorieuse

À Pâques 622, l’empereur Héraclius décide de guerroyer contre les Perses afin de leur reprendre la relique de la sainte Croix, que le roi Chloroès avait emportée après s’être emparé de Jérusalem. La relique, jamais profanée par les Perses par crainte de représailles divines, fut triomphalement rapportée à Constantinople en 628. L’année suivante, Héraclius la rapporta à Jérusalem avec grande solennité. Ce sont ces deux événements qui sont fêtés aujourd’hui. Cette fête en Orient s’appelle Croix Glorieuse.

L’Église invite à adorer la Croix de Jésus, instrument de la Rédemption. Ce n’est qu’au 5ème siècle que l’on osera représenter Jésus sur la croix. Pourtant, toute la spiritualité chrétienne tourne autour de la croix. Saint Paul affirme : « Je ne veux rien savoir d’autre que Jésus crucifié. » Les chrétiens regardent la croix comme le signe de leur salut et de leur pardon.

Courte prière :
«Seigneur, montre-moi par quel bout porter ma croix.» (René Voillaume)

Avec l’aimable autorisation de Defendente Génolini