Retour Le Saint du jour  

Premiers martyrs de l’église de Rome

Injustement accusés par Néron de la responsabilité de l'incendie de Rome, une cité qui, selon l'Apocalypse, « se saoulait du sang des témoins de Jésus », ils furent livrés aux bêtes, éclairèrent les fêtes de Néron en brûlant comme des torches dans les jardins de Rome où ils furent torturés pour le plaisir sadique de leurs bourreaux : les uns, revêtus de peaux de bêtes, furent exposés aux morsures des chiens ; d’autres crucifiés ; d’autres transformés en torches, afin qu’à la chute du jour ils servissent d’éclairage nocturne dans le cirque. Tous étaient disciples des Apôtres ; ils furent les premiers des martyrs que l’Église romaine offrit au Seigneur.

Copyright  La fête des prénom by Nominis.cef.fr

 

Saint Martial

Bien que la liturgie célèbre les premiers martyrs de l’Église de Rome, en France, la dévotion à saint Martial a prévalu depuis le 3ème siècle. Ce fondateur de l’Église de Limoges eut un rayonnement amplifié par la légende. On écrivit, aux 8ème et 11ème siècles, qu’il fut celui qui présenta les pains et les poissons à Jésus avant leur multiplication et qu’il lui tendit le linge pour essuyer les pieds des apôtres le jeudi saint. Saint Pierre l’aurait alors envoyé évangéliser la Gaule avec deux compagnons. L’un meurt et Martial le ressuscite avec le bâton de Pierre.

Mais ces exploits ne sont faits que pour rehausser le prestige de Martial et de l’abbaye qui porte son nom. En réalité, il n’arrive à Limoges qu’en 250. Il est accompagné de deux prêtres et devient le premier évêque de cette capitale des Lemovices. En 267, son tombeau devient le centre d’un pèlerinage. Il sera profané à la Révolution. Sa dernière intervention notable se fit lors de l’incendie de la ville en 1864. Aujourd’hui ont lieu en son honneur les « Ostensions de Saint-Martial ».

Veille de Salomon :
« Je me repose, mais mon cœur veille. »

Courte prière :
« Tu me fais reposer dans de verts pâturages. » (Psaume 12)

Avec l’aimable autorisation de Defendente Génolini

 

Sainte Lucine

Sainte Lucine est une pieuse femme romaine du 3ème siècle, la fille de Carpasius et de Marménie, réputée pour avoir recueilli et enterré les corps de plusieurs saints martyrs (dont Marcellin, prêtre, et Pierre, exorciste), au cimetière “Aux deux lauriers” sur la via Labicana de Rome.

Elle est surtout connue (et représentée en peinture) pour avoir eu une vision de saint Sébastien ayant permis aux chrétiens de retrouver sa dépouille jetée secrètement dans une fosse par ses bourreaux, ce qui permit de lui donner une sépulture officielle près des ossements des saints apôtres Pierre et Paul.