Retour Le Saint du jour  

Saint Constant

Constant n’est pas tout à fait son nom, il s’appelle en réalité Constance, prénom qui fut masculinisé. Si nous voulons vénérer les reliques de notre saint, il nous faut aller dans la basilique vénitienne de Saint-Basile. Sa vie nous est connue par l’illustre pape Grégoire le Grand.

Constant (ou Constance) est le sacristain de l’église Saint-Etienne d’Ancône au 5ème siècle. Il accomplit sa tâche avec discrétion. Sa renommée se répand dans toute la région. Il faut dire qu’il parvient à réaliser des changements étranges : Manquant d’huile pour les lampes, il les remplit d’eau et y allume les mèches. Miracle ! L’eau brûle comme de l’huile ! Son humilité est légendaire. Un jour, un paysan, attiré par sa réputation, veut le voir. Il le trouve juché sur un escabeau avec sa blouse à récurer les lustres. Il s’écrit : « Je pensais rencontrer un grand homme, je ne vois rien qu’un petit homme ! » Constant, tout joyeux, descend de son tabouret, l’embrasse et dit : « Tu es bien le seul à m’avoir jugé exactement. » Et il le remercie !

Constant est le patron des sacristains évidemment.

Courte prière :
«Le zèle de ta maison me dévore, Seigneur.» (Psaume 68)

Avec l’aimable autorisation de Defendente Génolini 

 

Saint Padre Pio

Saint Pio, vénéré sous le nom de Padre Pio — Francesco Forgiono à l'état civil — est une des figures chrétiennes les plus rayonnantes du 20ème siècle. Par-delà les mystérieux miracles dont il est auréolé, en particulier ses stigmates, il ne faudrait surtout pas négliger le fruit spirituel dont il est porteur. C'est même le principal héritage de cet immense capucin.

Le 25 mai 1887, Francesco Forgiono voit le jour à Pietrelcina en Campanie (Italie). En 1903, il entre dans l’ordre des Capucins. En 1909, après avoir prononcé ses vœux, il choisit de prendre en religion le nom de Pio, en hommage au pape Pie V.

C’est en 1918 qu’il est marqué par une transverbération : l’apparition sur ses membres des stigmates du Christ en Croix. Jusqu’à sa mort en 1968, et même jusqu’aujourd’hui, Padre Pio est bien souvent cantonné à cette seule dimension, certes fondamentale et mystérieuse, mais il demeure aussi une figure spirituelle immense que Jean Paul II a canonisée en 2002.

Il repose à San Giovanni Rotondo, dans les Pouilles, où affluent en permanence les pèlerins.