Retour Le Kiosque  

20 mai 2020

Audience générale - Bibliothèque du palais apostolique - 20 mai 2020

Frères et sœurs, poursuivant notre catéchèse sur la prière, nous méditons aujourd’hui sur le mystère de la création. La vie, le simple fait d’exister, ouvre le cœur de l’homme à la prière. La première page de la Bible ressemble à un grand hymne d’action de grâce où le récit de la création célèbre la bonté et la beauté de tout ce qui existe. Au sommet de la création se trouve l’homme, motif de satisfaction et de joie. La beauté et le mystère de la création génèrent dans son cœur le premier élan qui suscite la prière. Bien qu’étant très fragile, l’être humain est l’unique créature consciente de tant de beauté dans l’univers. C’est pourquoi la prière de l’homme est étroitement liée au sentiment d’émerveillement. La relation à Dieu est la grandeur de l’homme : son intronisation. Par nature, nous sommes presque rien, mais par vocation nous sommes les fils du grand Roi. La prière est donc la première force de l’espérance. Pour les hommes et les femmes de prière, la vie est remplie d’une grâce dont ils s’émerveillent et en tant que telle elle doit toujours être défendue et protégée. Les hommes et les femmes qui prient savent que l’espérance est plus forte que le découragement ; que l’amour est plus puissant que la mort et que sur leur visage se reflète un éclat de lumière. Nous sommes tous porteurs de joie. La vie, don de Dieu, dans sa brièveté ne doit pas être vécue dans la tristesse car nous sommes les enfants du grand Roi, capables de lire sa signature dans toute la création.

  • 10
  • Ajouter un commentaire